mardi 26 août 2014

Culture : j'ai lu "Zéro déchet" de Béa Johnson

Béa Johnson, pour faire très très vite, est une française qui, un jour, est partie au États-Unis pour être fille au pair et y a rencontré son mari avec qui elle a eu deux fils.
C'est aussi l'auteure du livre "Zéro déchet", ce qui va nous intéresser ici.

Après la prise de conscience sur les cosmétiques et les produits d'entretien dont je parlais ici et Torhia bien mieux que moi juste là, j'ai remis en place le tri sélectif à la maison qu'on avait lâchement abandonné en arrivant dans le nouvel appart.
En voyant tous ces plastiques, ces canettes et ces cartons déborder, je me suis demandé s'il n'y avait pas quelque chose à faire en amont et, grâce à Hellocoton, j'ai entendu parler de Béa Johnson et de sa philosophie de vie.

Parce que oui, le livre s'appelle "Zéro déchet" mais en fait c'est une vraie philosophie de vie qui nous est raconté.
J'étais septique au départ, m'attendant un peu à un livre moralisateur avec des solutions inenvisageables pour nous mais il n'en est rien ! Béa raconte réellement SON histoire, SES trucs et astuces et ce qu'il est possible de faire dans certains cas. Du coup, c'est un vrai plaisir à lire, c'est amusant par moment et ça fait réellement prendre conscience de certaines choses.

Amusant lorsqu'elle raconte par exemple qu'au tout début de sa démarche, elle voulait "trop" bien faire et avait envisagé d'aller ramasser de la mousse dans la forêt pour remplacer le papier toilette.

Prise de conscience notamment sur le tri sélectif qui pour moi était une solution viable et pour elle une solution de non choix.
En effet, je m'étais bêtement imaginé que ma bouteille en plastique, une fois au tri, allait redonner une bouteille en plastique. Il n'en est hélas rien. Le plastique "de bonne qualité" comme celui de la bouteille devient, lorsqu'il est trié et fondu, un plastique "de moindre qualité" qui pourra par exemple servir de film plastique pour emballer mon pack de 6 bouteilles qui lui n'est PAS recyclable. Du coup, la durée de vie du plastique en question n'est que de deux "cycles" avant de finir à la poubelle.
On privilégiera donc les matières dont le cycle de vie est infini ou presque comme le verre.

Philosophie de vie disais-je puisque l'idée première, avant de se débarrasser de ses déchets, c'est de se simplifier la vie. Elle donne donc des conseils pour limiter les déchets bien sûr, mais aussi pour s'organiser et gagner du temps (trèèèès précieux pour moi).
Par exemple, faire le tri pour ne garder que les objets dont on se sert vraiment et souvent, ça fait plus de place dans les placards et moins de choses à nettoyer / réparer / ranger.
La philosophie peut se résumer en cinq mots : Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Composter.

Refuser
C'est bien sûr refuser le concept du jetable en n'en achetant le moins possible (voire pas du tout) : vaisselle jetable, mouchoirs jetables, essuie-tout jetable...
C'est aussi faire une démarche vers l'extérieur en refusant tout ce qu'on pourrait nous donner qui ne nous sert pas : le papier qui emballe le pain, la publicité dans la boîte aux lettres, le sac plastique à la pharmacie, l'échantillon gratuit qu'on n'utilisera jamais, le gobelet jetable du café à emporter...
C'est enfin faire attention aux emballages superflus lorsqu'on fait les courses. N'est-il pas préférable de mettre 2 cts de plus dans ce tube de dentifrice qui est vendu sans carton autour ? Ça fera toujours ça de moins à trier !

Réduire
C'est principalement revenir aux essentielles et se débarrasser du superflu : vêtements et chaussures qu'on ne met jamais, bibelots qu'on garde parce qu'on nous les a offert, livres qu'on ne relira pas, appareil de cuisine dont on se sert une fois l'an, produits ménagers en quantité astronomique...
Dans l'idéal on vend ou on donne tout ce dont on souhaite se débarrasser pour ne pas que ça finisse à la poubelle (aux proches, aux associations, aux écoles, aux bibliothèques...)
Dans la salle de bain, on revient aux fondamentaux en adoptant la slow cosmétique / le bio / le fait maison.

Réutiliser
C'est utiliser un objet dans sa forme première pour une utilisation "détournée". Par exemple, un pot d'eau peut servir de vase, un vieux draps peut faire des chiffons, un verre peut faire pot à crayons, à brosses à dents...
C'est aussi privilégier la location et l'achat d'occasion. La location pour les outils et l'électroménager dont on se sert rarement, l'achat d'occasion pour les vêtements par exemple.

Recycler
C'est le tri sélectif bien sûr, mais aussi rapporter l'électroménager au magasin ou à la déchetterie, les piles dans un endroit qui les récupère ainsi que les cartouches d'imprimante, les ampoules...
À ce propos, je vous envoie sur le site Terracycle qui se propose de recycler certains déchets peu ou pas recyclables.

Composter
C'est faire du compost avec tous les déchets organiques comme les restes alimentaires, les parties des fruits et légumes qu'on ne mange pas, le thé et le café en vrac, parfois les os, les arrêtes, les coquilles d’œufs...

Normalement, après tout ça, il ne devrait effectivement plus y avoir grand chose à jeter à la poubelle.

Comment on met en place tout ça à la maison, c'est ce que nous verrons dans un prochain article.

Jte mets la couverture du livre, mais je l'ai acheté en numérique

8 commentaires:

  1. Grâce à toi, j'ai découvert ce livre...
    C'est vrai qu'il faut une réelle prise de conscience sur les déchets... On fait le tri sélectif à la maison, on a pas le choix, c'est obligatoire sous peine d'amende. On doit payer les sacs poubelles alors, on fait un compost pour réduire le coût (17€ - les 10 sacs poubelles de 60l + taxe immondice).
    On réfléchit à prendre des bouteilles en verre au lieu des bouteilles en plastiques car elles sont mieux recycler... Et on essaye de faire un maximum "maison" : potager, repas, couture. Par contre, j'ai peur de me lancer dans les produits corporels maison. Mini et moi avons une peau fragile et vite réactive.

    RépondreSupprimer
  2. Le tri sélectif oui, mais comme dit Béa Johnson, ça doit être quasi la dernière étape. Le mieux étant d'essayer de ne pas générer de déchets qui n'aillent qu'au tri.
    Le fait maison est bien sûr la solution idéale (quand on a le temps et l'envie) contre les emballages industriels.
    Quant aux produits fait maison, ça dépend évidemment lesquels tu utilises actuellement. Tu as fait un tour sur Aroma Zone ? Ils ont des tableaux très bien faits en fonction du produit et de ton type de peau.

    RépondreSupprimer
  3. Et j'ai trié, trié-é (air connu)

    RépondreSupprimer
  4. Très bien écrit ! Simple, clair, y-a-plus-qu'à ! =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Comme tu dis, maintenant il faut s'y mettre !

      Supprimer
  5. Merci pour ce livre, grace à elle j'ai decouvert les serviettes hygieniques lavables et j'adore ! maintenant zero dechet et surtout zero rachat de serviettes c'est genial un soulagement !http://www.biokime.com/serviettes-hygieniques-lavables.html sur cette boutique il y a pas mal d'idee zero dechet à decouvrir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui effectivement le site est bien complet à ce niveau là...mais je ne suis pas encore prête je crois

      Supprimer